Décision du lancement du projet

Après une interruption d’une quinzaine d’année, en constatant que les sites existant ne correspondent pas à ce qu’ils avaient imaginé, Dominqiue Pon et Serge Maitrejean décident de reprendre leur idée initiale. Très vite s’impose le fait qu’un dispositif mémoriel universel se doit d’englober aussi bien les êtres humains vivants que ceux malheureusement disparus et qu’il doit être porté par des organismes à but non lucratifs pouvant fédérer à la fois les acteurs économiques et les acteurs institutionnels. De l’impératif d’une conservation sans limite des mémoires numériques émerge la notion de dépositaires des mémoires. La décision de lancer ETERNESIA est alors prise.